L’avancée du dépistage VPH

L’avancée du dépistage VPH
L’avancée du dépistage VPH
L’intérêt de la recherche des papillomavirus humains (HPV) dans le dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus s’intensifie éclairant ainsi la décision politique dans le domaine des soins de santé et des modalités de développement pour proposer le service en dépistage du VPH et colposcopie d’une clinique privée de manière systématique et régulière pour une meilleure prise en charge globale de la santé chez la personne.

Les tests de dépistages au sein d’une clinique privée

La particularité du cancer du col est qu’il survient uniquement chez les femmes contaminées par certains types de papillomavirus humains (HPV). L’infection disparaît spontanément chez la plupart d’entre elles. Dans de rares cas, une transformation maligne survient. Le frottis du col permet la détection à un stade précoce de cette transformation et le traitement en temps utile. La prévention du cancer du col de l’utérus par le frottis annuel est fort heureusement bien accepté dans l’esprit de beaucoup de femmes qui utilise alors le service en dépistage du VPH et colposcopie d’une clinique privée. Les tests de dépistage ainsi étudiés sont complets et comprennent le frottis conventionnel et la cytologie basée sur une collecte des cellules en milieu liquide qui permet aussi la recherche d’’HPV par des consultants experts sachant que l’association du virus du papillome humain avec le cancer du col est aussi reconnue depuis plusieurs années et plus récemment, son association avec d’autres types de cancers est aussi observée, surtout au niveau de la sphère génitale. C’est pourquoi une prise en charge pluridisciplinaire peut s’avérer utile au sein d’une clinique spécialisée qui proposera alors un vaccin du VPH pour stimuler la réponse immunitaire dans un premier temps.

Mobilisation et sensibilisation autour du dépistage

L’intérêt d’une bonne mobilisation et sensibilisation est de permettre une prise en charge précoce (médicale, psychologique et sociale) Pour cela, le dépistage doit faire l’objet d’une mobilisation particulière c’est-à-dire que les actions doivent être ciblées sur les différents agents infectieux et dirigées vers les populations les plus potentiellement sujettes à l’infection. Il faut également penser à aborder le sujet en population générale afin de sensibiliser l’entourage. Il est donc essentiel d’informer au préalable une femme de la signification d’un test HPV positif. Les campagnes de sensibilisation télévisées, les affichettes au sein de cliniques privées et cabinet médicaux permettent de rassurer les femmes et leurs conjoint. Force est de constater que dans la plupart des pays européens, le dépistage du cancer du col est celui qui fut pratiqué de manière opportuniste à l’initiative des femmes ou des médecins. L’approche opportuniste prévaut encore en Europe. Or, les programmes de dépistage bien organisés tels que présentés au Québec ont un meilleur impact que le dépistage opportuniste parce qu’ils peuvent inclure davantage de femmes et particulièrement celles qui éprouvent des difficultés matérielles à adhérer au dépistage et présentent en même temps les risques les plus graves de cancer du col. Un dépistage organisé se prête aussi beaucoup mieux à la mise en place et à la surveillance des mesures d’assurance de qualité permettant de faire avancer la rechercher et mobiliser les scientifiques et équipes médicales sur un plan international.